Formations

Tester ses connaissances

« Il est important pour les jeunes de 18 à 35 ans de s’impliquer dans un milieu qui a un sens pour eux et qui coïncide avec leurs valeurs et leurs priorités »

Faux. Selon une étude menée par RANDSTAD, 87 % des jeunes de 24 à 35 ans accordent une grande importance à la responsabilité sociale du milieu dans lequel ils ou elles s’impliquent ou travaillent.

« On ne peut plus rien dire »

Vrai. Il y a effectivement une moins grande tolérance pour les discours racistes, sexistes et homophobes… et tant mieux ! Si certaines paroles violentes qui étaient autrefois normalisées ne sont plus acceptées, c’est une belle amélioration et nous devrions nous en réjouir. Ne voulons-nous pas d’une société où toutes et tous se sentent accepté.e.s, inclu.e.s et en sécurité ? Au final, on peut dire beaucoup de choses, il faut juste réfléchir davantage au choix de nos mots et à leur impact potentiel.

« La majorité des jeunes de la diversité culturelle ne parle pas français »

Vrai. 63,5 % des personnes de minorité visible âgées de 18 à 34 ans maîtrisent le français et l’anglais. Seulement 2,4 % d’entre eux ne maîtrisent pas le français.

« Les jeunes ayant un nom à consonance africaine ont autant de chances d’être convoqués en entrevue que les jeunes ayant un nom à consonance francophone »

Vrai. Une personne qui a un nom à consonance africaine, arabe ou latino-américaine a environ 60% moins de chances d’être convoquée en entrevue.

« Les privilèges des minorités »

Vrai. Certaines personnes issu.e.s des groupes dominants se sentent lésées dans un contexte où les groupes marginalisés et les minorités sont de plus en plus loquaces quant à la revendication de leurs droits. Pourtant, il s’agit simplement de rectifier une injustice en accordant à ces groupes les privilèges dont les groupes dominants jouissent depuis des siècles. Donner des privilèges aux personnes issues des minorités permet de rétablir un équilibre entre les différents individus composant notre société et d’avoir un monde juste et équitable pour tous et toutes.

« 15,3 % des jeunes âgés de 18 à 34 ans sont des personnes de minorité visible »

Faux. Selon la Loi sur l’équité en matière d’emploi (L.C., 1995, ch. 44), les personnes de minorités visibles sont des personnes autres que les Autochtones et qui n’ont pas la peau blanche. Il s’agit principalement des groupes suivants : Sud-Asiatique, Chinois, Noir, Philippin, Latino-Américain, Arabe, Asiatique du Sud-Est, Asiatique occidental, Coréen et Japonais.

« 2,4 % des jeunes âgés de 18 à 34 ans sont des personnes autochtones »

Faux. Une personne autochtone est un individu qui s’identifie comme étant Premières Nations, Métis ou Inuit.

« Les jeunes de la diversité culturelle ne sont pas nés au Québec »

Vrai. La diversité culturelle recouvre une multitude de réalités. Certains jeunes sont en effet nés à l’extérieur du Québec, mais d’autres non. Nous pouvons associer ces réalités au statut des générations d’immigration. Par exemple, un jeune né au Canada et dont les deux parents sont nés au Canada (troisième génération), un jeune né au Canada et dont un parent est né au Canada et l’autre non (deuxième génération), et un jeune né à l’extérieur du Canada tout comme ses parents (première génération).

« Changer nos pratiques, c’est compliqué »

Vrai. Changer nos pratiques organisationnelles nécessite des efforts, de la volonté et du temps. Il est toujours possible de prendre action pour changer les choses malgré les difficultés et l’inconfort que cela peut susciter.

« L’utilisation des termes race et racisé.e n’est pas appropriée »

Vrai. Il est tout-à-fait légitime de questionner l’utilisation du terme race. La race est une construction sociale et non une réalité biologique. Encore aujourd’hui, malgré leur valeur non scientifique, les catégories raciales sont la cause de discriminations et d’agressions. Leur utilisation sert surtout à visibiliser ces discriminations et les agressions fondées sur l’idée de la prétendue supériorité de la race blanche. L’utilisation du terme racisé.e. sert à mettre en lumière le caractère construit du concept de race, tout en reconnaissant son impact réel sur la vie des gens que l’on racise.

Lexique

Identifier les obstacles à l'inclusion

Mises en situation et pistes de solutions

Guide de formation téléchargeable

Ce guide a été conçu à partir du contenu de formation élaboré dans le cadre de la formation Jeunes de la diversité culturelle en région offerte à l’automne 2020 ainsi qu’à l’hiver 2021 dans différents milieux (organisations, entreprises, associations étudiantes, regroupements, etc.) dans différentes régions du Québec et il constitue un outil d’accompagnement offert aux personnes participantes. Ce guide met en lumière plusieurs concepts et enjeux liés à l’inclusion des jeunes de la diversité culturelle et propose des outils pour favoriser de meilleures collaborations entre les jeunes et les milieux d’accueil.